Dimitri Vezyroglou

 

Agrégé d’histoire et docteur en histoire, j’ai enseigné douze ans dans le secondaire avant de devenir, en 2005, maître de conférences en histoire du cinéma à l’université Paris I. Mes recherches se situent dans le domaine de l’histoire culturelle du cinéma, avec pour champ d’application privilégié la France de l’entre-deux-guerres. Ma thèse, soutenue en 2001, constituait une tentative d’approche historique globale du cinéma, de la production à la réception, par laquelle je m’efforçais de mettre au jour l’ensemble des éléments qui rattachent les films au contexte dans lequel ils sont produits et diffusés, en l’occurrence celui de la France de la fin des années vingt. Depuis, je continue d’explorer les diverses voies qui constituent ce domaine – histoire économique, histoire sociale de la création artistique, histoire des représentations, histoire des transferts et des conflits culturels – tout en essayant de croiser ces approches. L’objectif de cette recherche est de dépasser une approche historique du film jusqu’ici trop souvent cantonné à la problématique du « reflet » et de considérer le phénomène cinématographique non plus comme une médiation vers la réalité sociale, mais comme un fait social à part entière.
Mon activité de recherche s’est particulièrement appuyée sur la réflexion développée au sein du séminaire « Histoire culturelle du cinéma », que j’anime avec Christophe Gauthier depuis 2000 à l’Institut d’Histoire du Temps Présent (IHTP-CNRS), et maintenant sur l’enseignement d’histoire du cinéma que je pratique dans l’UFR Histoire de l’art et archéologie de l’université Paris I depuis 2005.
Mes principaux chantiers de recherche en cours portent sur l’histoire des relations franco-allemandes en matière de cinéma dans l’entre-deux-guerres, d’une part, et d’autre part sur une histoire culturelle du Napoléon d’Abel Gance (1925-1927), envisagé sous l’angle des rapports avec les contextes social, culturel, idéologique, économique et politique de son temps. Le premier s’inscrit dans le champ de l’histoire des relations culturelles internationales, de la diplomatie et des transferts culturels. Le second est pour moi l’occasion d’appliquer à l’échelle d’un film les principes de l’histoire culturelle du cinéma, fondée sur le croisement des sources et la contextualisation de l’objet.

 

Publications

« Zola années vingt. Récit cinématographique et modernité », Vertigo. Esthétique et histoire du cinéma, n° 16, Le Cinéma face à l’histoire, fév. 1997.
« Le politique et son image. Les Nouveaux Messieurs, le cinéma français et le politique à la fin des années vingt », 1895, hors-série sur Jacques Feyder, oct. 1998.
« Chemins croisés. René Clair et la société Albatros (1926-1928) », in Noël Herpe et Emmanuelle Toulet (dir.), René Clair ou le cinéma à la lettre, Paris, AFRHC, 2000.
« Les Grandes Espérances. Abel Gance, la Société des Nations et le cinéma européen à la fin des années vingt », 1895, n° 31, Abel Gance. Nouveaux regards, oct. 2000.
« Aubert Louis », « Censure », « Distribution », « État et cinéma », « Sapène Jean », in Dictionnaire du cinéma français des années vingt (1895, n° 33, juin 2001).
avec Christophe Gauthier et Tangui Perron, « Histoire et cinéma : 1928, année politique », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 48-4, oct.-déc. 2001.
« Les Mirages de Genève. Abel Gance, le cinéma et la politique internationale à la fin des années vingt », Les Cahiers de la Cinémathèque, n° 74, déc. 2002.
« Mémoire nationale et cinéma français en 1928 : La merveilleuse vie de Jeanne d’Arc, de Marco de Gastyne », in Christian Delporte et Annie Duprat (dir.), L’Evénement. Image, représentations, mémoire, de la Révolution française à nos jours, Paris, Créaphis, 2004.
« Questions de perspective. Les archives personnelles et l’histoire culturelle du cinéma à travers le cas d’Abel Gance », in Irène Bessière et Jean A. Gili (dir.), Histoire du cinéma. Problématique des sources, Paris, INHA/MSH/Paris I/AFRHC, 2004.
« Les catholiques, le cinéma et la conquête des masses : le tournant de la fin des années vingt », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 51-4, oct.-déc. 2004.
« Une chose et son contraire. Le cinéma français et les ambiguïtés du philosémitisme en 1925 », in Marie-Anne Matard-Bonucci (dir.), Antisémythes. L’image des juifs entre culture et politique (1848-1939), Paris, Nouveau Monde Éditions, 2005.
« L’ombre d’un géant. L’influence du Quatrevingt-treize de Hugo sur le Napoléon d’Abel Gance », in Delphine Gleizes (dir.), L’œuvre de Victor Hugo à l’écran. Des rayons et des ombres, Paris/Québec, L’Harmattan/Presses de l’université Laval, 2005.
« Chaplin/Charlot, une figure en équilibre dans le siècle », Vingtième siècle. Revue d’histoire, n° 89, janvier-mars 2006.
Dossier coordonné avec Pascal Ory et Christophe Gauthier : « Pour une histoire cinématographique de la France », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 51-4, oct.-déc. 2004.

« Le beurre et l’argent du beurre. La Société belge des Films Baroncelli, un cas atypique d’autoproduction dans les années vingt », in Bernard Bastide et François de la Bretèque (dir.), Jacques de Baroncelli, Paris, AFRHC, 2007.
« Cinéma et écriture de l’histoire, Fassbinder », Vingtième Siècle, revue d’histoire, n° 93, janv.-mars 2007, p. 207-208.
« Filmer les cheminots grévistes : entretiens autour de Nadia et les hippopotames », in Christian Chevandier, Georges Ribeill et Marie-Suzanne Vergeade (dir.), Images de cheminots. Entre représentations et identités, n° 36-37 de la Revue d’histoire des chemins de fer, 2007, p. 150-167.