Patrice ARNAUD

Curriculum vitae

1990: Bac franco-allemand section C (mention Bien) au lycée franco-allemand de Buc (78)
1990-93: Hypkhâgne et Khâgne B-L au lycée Henri-IV, admission (1993) à l’ENS de la rue d’Ulm et admission (1993) en 2ème année à l’IEP-Paris (interrompue pour horaires incompatibles)
1993-1998 : scolarité à l’ENS (Ulm)
1993-94: Licence d’histoire à l’université Paris-I.
1994-95: Maîtrise d’histoire à l’université Paris-I (centre Malher, dir. Mme C. Andrieu et M. A. Prost sur la délégation officielle française auprès de la deutsche Arbeitsfront (mention TB)
1995-96: Bourse d’études de neuf mois de la Friedrich Ebert Stiftung pour un travail de recherche à Berlin sur les travailleurs civils français à Berlin et dans le Brandebourg,
1996-97: Admission à l’agrégation d’histoire préparée à l’université de Paris-I et à l’ENS
1997-98: DEA d’histoire des relations internationales à l’université de Paris-I sur les travailleurs civils français en Allemagne pendant la Seconde guerre mondiale face à la police et la justice nationales-socialistes sous la direction de M. le professeur Bernard Michel (mention TB)
1998-2001 : Allocataire-moniteur-normalien à Paris-I, inscrit en thèse (dir. J-L Robert).
2001-2002 : Enseignant au lycée Adolphe Chérioux de Vitry-sur-Seine (94), zone sensible
2002-2004 : Enseignant au lycée Maximilien Perret d’Alfortville (94), zone prévention violence.
2003 : licence de géographie à Paris-I et DEUG d’allemand (équivalence) à Paris-IV.
2004-2005 : Lauréat de la fondation Thiers, mise en congé-formation par le Rectorat de Créteil
2005-2007 : ATER à l’Institut d’Études Politiques de Lille-II
11 décembre 2006 : Doctorat de l’Université en histoire à Paris-I sur les travailleurs civils français en Allemagne pendant la Seconde guerre mondiale (1940-1945) : travail, vie quotidienne, accommodement, résistance et répression (1942 pages, annexes p. 1755-1918) Jury : Helga Bories-Sawala (Brême), Denis Peschanski (rapporteur) (CNRS), Antoine Prost (Paris-I), Jean Quellien (rapporteur) (Caen), Jean-Louis Robert (directeur) (Paris-I) et Henry Rousso (CNRS), mention très honorable avec félicitations.
Février 2007 : habilitation par le CNU pour les fonctions de MCF en 22ème section
Novembre 2007 : Grand prix pour la thèse de la fondation d’Auschwitz (Bruxelles)
2007-2008 : TZR en section européenne allemand au lycée Pablo Picasso à Fontenay/Bois (94)
2008-2009 : élève-stagiaire à l’ENA (IGPDE Vincennes, Prep’ENA du concours interne)
2009-2010 : TZR sur l’académie de Créteil au lycée Maurice Utrillo de Stains (93)
Avril 2010 : publication d’un ouvrage sur les requis français pour le travail obligatoire en Allemagne (1942-1945) aux Editions du CNRS.
2010-2011 : prise de contact avec l’IEP de Paris pour une participation au jury 2010 et une intégration dans l’équipe des maîtres de conférences en 2010-2011.

Interventions dans des colloques internationaux en France :
Avec M. Fabréguet : « Les PG, les travailleurs civils et les concentrationnaires français entre répression et travail forcé (novembre 1942-automne 1944) », La France et l’Allemagne en guerre (novembre 1942-novembre 1944): Occupation, Collaboration, Résistance, Paris 22-23 mars 1999.
« Les logiques d’opposition des travailleurs français en Allemagne : une Résistance civile ? », La main-d’œuvre française en Allemagne, Caen 13-15 décembre 2001.
Avec Mme Helga Bories-Sawala : « Les Français et Françaises volontaires pour le travail en Allemagne : recrutement et dimensions statistiques, images et représentations, mythes et réalités. », La main-d’œuvre française en Allemagne, Caen 13-15 décembre 2001.
« Rémunérer le travail forcé : réalités salariales et enjeux mémoriels », Les entreprises françaises sous l’Occupation, Besançon 12-13 octobre 2006.
« La criminalité des jeunes travailleurs civils français en Allemagne : perpétuation en exil d’un habitus criminel ou résistance de groupe ? », Les âmes mal nées. Jeunesse et délinquance urbaine en France et en Europe (XIXème – XXème siècles), Besançon 15-17 novembre 2006.
« Le « cafard » : un mal emblématique du traumatisme de la réquisition pour le travail obligatoire en Allemagne ? », L’ennui XIX-XXème siècles, Paris 29-30 novembre 2007.
« Les « informateurs » (Vertrauensmänner) français de la Gestapo en Allemagne : recrutement, motivations et rôle dans la politique répressive nationale-socialiste », La dénonciation en France durant la Seconde guerre mondiale, Caen, 26-27 novembre 2008.
« Les souvenirs des travailleurs civils français en Allemagne : la diversité méconnue des mémoires individuelles (1945 à nos jours) », Lendemains de guerre - Réflexions sur "l'après" de l'Antiquité au monde contemporain : les hommes, l'espace et le récit, l’économie et le politique, Cergy-Pontoise, 9-11 octobre 2008.
« Aimer et stigmatiser : les rapports de genre dans les souvenirs et liens épistolaires des volontaires françaises, prisonniers et requis dans le IIIème Reich », Agencements – arrangements - a-genre–ments, Paris-III, 13-14 mars 2009.
« De l’atténuation des préjugés sur l’ennemi héréditaire à la réconciliation franco-allemande : l’appréhension différenciée de la population civile allemande par les requis pour le travail obligatoire dans le Reich », Mythe et tabous des relations franco-allemandes au XXème siècle, colloque de l’Université Jean Monnet, 19-21 novembre 2009.

Interventions dans des colloques internationaux à l’étranger :
”The French official delegation by the German Labourfront : a political drift of a social mission?”, IISG, Amsterdam, juillet 1999.
« The anglo-american troops as seen by french labor conscripts: forms of ambivalent critical support», Spaces of war : France and the Francophone world, Minneapolis, 26-28 octobre 2006.
« Die deutsch-französischen Liebesbeziehungen während des zweiten Weltkriegs: Vom Mythos des französischen Verführers zur Umkehrung der Geschlechtsrolle », Geschlecht und Nationalsozialismus, Freie Universität Berlin, 15-17 février 2007.
„“Ein so naher Feind“: französische Zwangsarbeiter (S.T.O.) und ihre deutschen Kollegen in den Industriebetrieben des Dritten Reiches“, Rüstung, Kriegswirtschaft und Zwangsarbeit im „Dritten Reich“, Munich, 15-16 mars 2007.

Interventions dans des journées d’études :
« Les liaisons amoureuses des travailleurs civils français en Allemagne : du mythe du Français séducteur à l’inversion du genre ». Journée d’études Masculinités le 22 septembre 2006 à Paris-I
« L’usage différencié de l’allemand parmi les requis du Service du Travail Obligatoire en Allemagne : du refus de parler la langue de l’ennemi à la réappropriation culturelle. », participation à la journée internationale d’études Traduire l’exil du 24 novembre 2006 à Tours.
« Les relations amoureuses franco-allemandes dans les villes de Franconie à partir des dossiers de la Gestapo de Wurtzbourg pendant la Seconde guerre mondiale », Journée d’études organisée par l’Université de Tours sur les amours de la ville le 14 février 2007.
« L’appréhension de la population civile allemande par les requis pour le travail obligatoire dans le Reich : de l’atténuation de l’image de l’ennemi à la réconciliation franco-allemande », atelier à l’Université de Paris-IV le 24 mars 2007 sur la survivance des éléments de culture de paix en temps de guerre : l’exemple de la Seconde Guerre mondiale.
« La longue défaite des requis pour le travail obligatoire. L’échec du combat pour l’adjonction du terme de “déportation” dans leur titre. », journée d’études sur la notion de déportation, Caen, 21 mars 2008.


Publications

Publication d’ouvrages généraux
[1] Signature d’un contrat aux éditions du CNRS en avril 2008 pour la publication d’un ouvrage sur les requis français du travail obligatoire en Allemagne à paraître en avril 2010.
[2] Contrat avec les éditions Larousse, collection à rebours, pour la publication d’un ouvrage sur les volontaires français en Allemagne pendant la Seconde guerre mondiale fin 2010.


Collaboration à la confection d’atlas
[3] Atlas de la France dans la Seconde guerre mondiale, dir. J. Quellien/ J-L Leleu/F. Passera, Paris, CNRS Editions, 2009, à paraître. Réalisation de la double page sur les retours, la contribution de la main-d’œuvre française à l’économie du troisième Reich et le S.T.O en Allemagne.

Publications dans des revues à comité de lecture
[4] « Gaston Bruneton et l’encadrement des travailleurs civils français en Allemagne pendant la Seconde guerre mondiale : histoire de la délégation française auprès de la deutsche Arbeitsfront (1943-1945) », revue XXe siècle, n°67, juillet-septembre 2000, p. 95-118

Publications dans des actes de colloque
[5] Avec Michel Fabréguet : « Les prisonniers de guerre, les travailleurs civils et les concentrationnaires français entre répression et travail forcé (novembre 1942-automne 1944) », Stefan Martens/Maurice Vaïsse (dir.), Frankreich und Deutschland im Krieg (November 1942-Herbst 1944) – Okkupation, Kollaboration, Résistance, Bonn, Bouvier Verlag, 2000, p. 419-436
[6] « Les logiques d’opposition des travailleurs français en Allemagne : une Résistance civile ? », La main-d’oeuvre française exploitée par le IIIème Reich (B.Garnier/J.Quellien), Caen, 2003, p. 147-166
[7] Avec Mme Helga Bories-Sawala « Les Français et Françaises volontaires pour le travail en Allemagne : recrutement et dimensions statistiques, images et représentations, mythes et réalités. », La main-d’oeuvre française exploitée par le IIIème Reich, op. cit., p. 107-126
[8] « Les femmes de l’ennemi – Représentations et réalités des liaisons amoureuses franco-allemandes des travailleurs civils français en Allemagne durant la Seconde guerre mondiale », Hommes et masculinités de 1789 à nos jours, Autrement, Paris, 2007, p. 163-177
[9] « La criminalité des jeunes travailleurs civils français en Allemagne : perpétuation en exil d’un habitus criminel ou résistance de groupe ? », Les âmes mal nées. Jeunesse et délinquance urbaine en France et en Europe (XIXème – XXIème siècles) (dir. J-C Caron, A. Stora-Lamarre, J-J Yvorel), Besançon, PUFC, 2008, p. 101-123.
[10] « Rémunérer le travail forcé : réalités salariales et enjeux mémoriels », Travailler sous l’Occupation (dir. C. Chevandier/J-C Daumas), Presses universitaires de Franche-Comté, Besançon, 2007, p. 321-338.
[11] „“Ein so naher Feind“: französische Zwangsarbeiter und ihre deutschen Kollegen in den Industriebetrieben des Dritten Reiches“, Rüstung, Kriegswirtschaft und Zwangsarbeit im „Dritten Reich“ (dir. A. Heusler/M. Spoerer/H. Trischler), München, Oldenburg Verlag, p. 179-198.
[12] « The Anglo-American Troops as seen by French Labor Conscripts: Forms of Ambivalent Critical Support», (P. Lorcin/D. Brewer dir.), France and its Spaces of war: Experience, Memory, Images, Palgrave Macmillan, 2009.
[13] « L’usage différencié de l’allemand parmi les requis du Service du Travail Obligatoire en Allemagne : du refus de parler la langue de l’ennemi à la réappropriation culturelle », Actes de la journée internationale d’études Traduire l’exil du 24 novembre 2006 à Tours.
[14] „Die deutsch-französischen Liebesbeziehungen während des zweiten Weltkriegs: Vom Mythos des französischen Verführers zur Umkehrung der Geschlechtsrolle“ in Nationalsozialismus und Geschlecht: Zur Politisierung und Ästhetisierung von Körper, »Rasse« und Sexualität im »Dritten Reich« und nach 1945, E. Fritesch/C. Herkommer (dir.), Bielefeld, Transcript, 2009, p. 180-198.
[15] « Les relations amoureuses franco-allemandes dans les villes de Franconie à partir des dossiers de la Gestapo de Wurtzbourg pendant la Seconde guerre mondiale », Actes des journées d’études organisées par l’Université de Tours sur les amours et la ville en 2006 et 2007.
[16] « Le « cafard » : un mal emblématique du traumatisme pour la réquisition du travail obligatoire ? », colloque sur l’ennui XIXème-XXème siècle à Paris-I, 29-31 novembre 2007.
[17] « La longue défaite des requis du STO. L’échec du combat pour l’adjonction du terme de “déportation” dans leur titre. », Qu’est-ce qu’un déporté ? Histoire et mémoires des déportations de la Seconde Guerre mondiale, T. Bruttmann/L. Joly/A. Wieviorka (dir.), Paris, CNRS, 2009, p. 351-376.
[18] « Les “informateurs” français de la Gestapo en Allemagne : recrutement, motivations et rôle dans la politique répressive nationale-socialiste », colloque sur la dénonciation en France durant la Seconde guerre mondiale, Caen, 27-28 novembre 2008.
[19] « Les souvenirs des travailleurs civils français en Allemagne : la diversité méconnue des mémoires individuelles (1945 au début des années 2000) », Lendemains de guerre, Actes du colloque de l’Université de Cergy-Pontoise, 9-11 octobre 2008.
[20] « Aimer et stigmatiser : les rapports de genre dans les souvenirs et liens épistolaires des volontaires françaises, prisonniers et requis dans le troisième Reich », Actes du colloque agencements – arrangements - a-genre-ments de l’Université Paris-III, de l’EHESS et du CIERA, 13-14 mars 2009.
[21] « De l’atténuation des préjugés sur l’ennemi héréditaire à la réconciliation franco-allemande : l’appréhension différenciée de la population civile allemande par les requis pour le travail obligatoire dans le Reich », Mythe et tabous des relations franco-allemandes au XXème siècle, colloque de l’Université Jean Monnet, 19-21 novembre 2009.

Expériences pédagogiques et organisations de projet
Interrogateur en Lettres Supérieures au Lycée Victor Hugo en 1998-1999 et 1999-2000.
Enseignant en DEUG [allocataire-moniteur-normalien] à l’université de Paris-I [1998-2001] : Histoire comparée des Etats-Unis et de l’Europe (1776-1945), Histoire politique de la France (1914-1981), Histoire politique et culturelle de la France (1870-1940).
ATER à l’IEP de Lille [2005-2007] sur l’histoire des grands faits économiques et sociaux (XIX-XXs).
Enseignant au lycée Chérioux (Vitry-sur-Seine), Maximilien-Perret (Alfortville), Pablo Picasso (Fontenay/Bois) et Maurice Utrillo (Stains) [2001-2004, 2007-2009] [TES/S, 1ES/S, 2de, 1STI, TSTG]
Interrogateur en classe préparatoire commerciale 2e année au lycée Chaptal en 2000-2002.
Organisation d’un voyage pédagogique à Berlin en 2004 sur les traces du passé dans Berlin et les questions de la centralité et de l’ancrage européen dans la nouvelle capitale allemande, co-organisation du voyage scolaire à Berlin du lycée Pablo Picasso de Fontenay-sous-Bois en 2007.
Organisation de sorties pédagogiques au Louvre et à la cité de l’Immigration.

Responsabilités administratives
Élu indépendant du conseil d’administration du lycée Maximilien-Perret (2003-2004)
Membre de jury de la fondation Auschwitz (2009)
Coopté par M. Badel, président de jury, pour intégrer le jury du CAPES d’histoire-géographie en 2008, participation reportée en raison du non-renouvellement du jury (baisse des postes au concours)

Expérience associative
Membre du comité national pédagogique à l’APHG et de la Régionale d’Ile-de-France (2002-2006)

Bourses et distinctions
Boursier durant neuf mois à Berlin de la Friedrich Ebert Stiftung (1996)
Lauréat de la fondation Thiers (2004)
Prix de la fondation d’Auschwitz (Bruxelles) en 20