Les Vies de Pierre Naville
sous la dir. de Françoise Blum
Villeneuve d'Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2007, 440 p.

 

 


Pierre Naville (1903-1993) fut une figure du surréalisme, puis un militant professionnel, avant d’entamer la rédaction de ses œuvres majeures, et d’acquérir une légitimité scientifique dans le champ de la sociologie. Pour autant, il ne cessa jamais d’être un militant et un écrivain. Cet ouvrage se propose d’analyser une série de rencontres essentielles, réelles et/ou intellectuelles, dans la vie de Naville : rencontre avec André Breton et les surréalistes, avec Léon Trotsky, avec Georges Friedman, mais aussi avec Paul Thiry d’Holbach ou John Broadus Watson… Cette démarche permet ainsi de mieux comprendre la position de ce riche héritier en capital social et culturel dans les différents champs du savoir (politique, littéraire et sociologique), et la façon dont il se situe au c œur de réseaux qui se recoupent, se croisent et s’alimentent les uns les autres. Ce livre propose donc, outre une archéologie des savoirs, des pratiques et des affinités de Pierre Naville, une contribution à la connaissance de la construction, du fonctionnement et de l’imbrication de ces réseaux eux-mêmes : réseaux familiaux, réseaux militants, réseaux intellectuels, réseaux professionnels.