Le temps des migrations blanches. Migrer en Occident (1840-1940)
Philippe Rygiel
232 pages, 14,5 euros.

 



« Les migrants forgent le monde ». Tel est le constat de Philippe Rygiel analysant les migrations internationales qui affectèrent l'Amérique du Nord et l'Europe du Nord-Ouest, du milieu du XIXe siècle jusqu'à la veille de la seconde guerre mondiale.
Voyage épuisant vers une société inconnue, humiliations, précarité, xénophobie, mais aussi réussites dans ce nouveau monde. Les portraits que l'auteur donne ici de femmes et d'hommes en migration semblent terriblement actuels.
Cette synthèse, qui éclaire la genèse des systèmes migratoires contemporains et celles de leurs modes de régulation, met à mal quelques évidences. Les migrants « blancs »venus autrefois d'Europe ne furent pas bien accueillis par les sociétés qu'ils rejoignirent et n'y trouvèrent pas facilement leur place.
Ce livre permettra au lecteur de regarder d'un autre ¦il les migrations de ce début de XXIe siècle et de débusquer préjugés et fausses évidences.