La grève en France : une histoire sociale(XIXème-XXème siècle)
Stéphane Sirot
Paris, Odile Jacob, 2002, 306 p.


La France, patrie européenne de la grève ?
Le pays du syndicalisme révolutionnaire, de la grève générale et des grandes fièvres sociales est souvent associé à l'image d'une confrontation permanente qui serait la marque de fabrique de ses rapports sociaux.
D'abord interdite et réprimée, la grève a fini par irriguer l'usine et le bureau pour devenir un fait social reconnu par la Constitution.
Comment en est-on arrivé là? Qui fait grève ? Pourquoi ? Comment les pratiques revendicatives ont-elles évolué ? Quelle est l'attitude des acteurs sociaux (État, patronat, syndicats) face à cet événement toujours singulier ?
Déchiffrer les grandes évolutions du phénomène gréviste, telle est l'ambition de ce livre. À travers la grève, c'est l'histoire de la société française qui se donne en spectacle.

Docteur en histoire, Stéphane Sirot est notamment chargé de cours à l'université de Cergy-Pontoise, chercheur associé au Centre d'histoire sociale du xxe° siècle de l'université Paris-1 et membre du comité de rédaction de Histoire et Sociétés, revue européenne d'histoire sociale. Il est l'auteur d'un Maurice Thorez.