La Sociale en Amérique
Michel Cordillot,
Paris, Éditions de l'Atelier, 2002, 431 pages


Entre 1848 et la Première guerre mondiale, quelques milliers de réfugiés et d'exilés de langue française, républicains, révolutionnaires, socialistes trouvent refuge aux Etats-Unis, où ils s'organisent pour tenter d'améliorer la vie des plus défavorisés et changer la société américaine.
Les 1000 biographies de ce dictionnaire rendent compte de l'implantation géographique du mouvement social francophone à travers l'ensemble du territoire des États-Unis et de la diversité de ses modes d'intervention. Ces militants sont ainsi à l'origine de la fondation d'une multitude de journaux, de clubs. de syndicats et de groupes politiques. Ils deviennent également les animateurs d'une vie communautaire très dense à travers la création de coopératives, de sociétés de secours mutuels, de sociétés fraternelles, culturelles. théâtrales, musicales, et même horticoles qui rassemblent souvent localement l'ensemble des francophones.
Des notices thématiques fournissent les points de repères essentiels à la compréhension du contexte et des illustrations permettent de rendre un visage à quelques-uns de ces hommes et de ces femmes qui ont emporté en Amérique leur vision d'une république démocratique et sociale.
Tout en prolongeant le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français de Jean Maitron, ce dictionnaire apporte une contribution totalement originale aux grands débats historiographiques actuels sur les migrations et l'ethnicité.