SOMMAIRE

A) PREMIER VOLUME : mémoire de maîtrise de 173 pages


LISTE DES ABREVIATIONS….………………………………………………………4

INTRODUCTION

PREMIERE PARTIE :
SUR LE CHEMIN DE LA PROFESSIONNALISATION DE L’IDEAL : CURSUS HONORUM D’UN DIRIGEANT DU PCF
(1931-1967) 13

Chapitre 1 :
Aux origines, une famille, un nom : Poperen. 14
1.1. Maurice Poperen : un père, un personnage 14
1.2.Un frère pour modèle 18
1.3.A l’école de la politique 20

Chapitre 2 :
Une expérience professionnelle et syndicale essentielle : la CGT et la Régie Renault, une rencontre pourvoyeuse de promotion. 24
2.1. L’usine Renault : une école des luttes 24
2.2. Le militant en action 27
2.3. Une ascension syndicale fulgurante 30

Chapitre 3 :
Du dirigeant syndical au dirigeant politique : comment devient-on permanent du PCF ? 34
3.1. Les mécanismes de sélection 34
3.2. Le processus de formation 38
3.3. Les motivations d’un tel choix : le couronnement d’une carrière 40

DEUXIEME PARTIE :
« PROFESSION PERMANENT » : QUAND LA VIE POUR SOI CEDE LE PAS A LA VIE POUR LE PARTI

(1967-1980) 45

Chapitre 4 :
L’entrée dans un « corps consacré » : les permanents du PCF 46
4.1. Etre « révolutionnaire professionnel » 46
4.2. Etre permanent : une dette à l’égard du Parti 51
4.3. « Une trop vive illumination rend aveugle » 55

Chapitre 5 :
Le quotidien du permanent : une vie dévouée au Parti 60
5.1. Chargé des fédérations du PCF 60
5.2. Les entreprises et les Pays de Loire 64
5.3. Le rapporteur au comité central 66

Chapitre 6 :
Derrière le travail d’un individu, les rouages d’un appareil 71
6.1. Qui décide ? Où se situe le pouvoir ? 71
6.2. Les règles de fonctionnement du PCF 74
6.3. Une perceptibilité de la réalité en pleine évolution 78


TROISIEME PARTIE :
DES PREMIERS DOUTES A LA MARGINALISATION :
L’AUTRE VISAGE DU PARTI

(1981-1987) 83

Chapitre 7 :
Le processus de « désenchantement du monde », de son monde communiste 84
7.1. Les premières interrogations 84
7.2. Les désillusions idéologiques et les déconvenues affectives 89
7.3. Le dérivatif : Renault, regards de l’intérieur. 92

Chapitre 8 :
Le point de non-retour : le rapport de Claude Poperen au comité central des 26 et 27 juin 1984 96
8.1. Un raisonnement qui dérange : le rapport initial 96
8.2. La session du comité central des 26 et 27 juin 1984 100
8.3. L’impossible retour en arrière 104

Chapitre 9 :
La marginalisation au jour le jour : l’autre facette du métier 107
9.1. Un nouvel horizon 107
9.2. « Etre ou ne pas être, telle est la question » 111
9.3. Tenir malgré tout 115

QUATRIEME PARTIE :
D’UNE RUPTURE A L’AUTRE : L’ECHEC D’UNE ESPERANCE
(1987-1991) 119

Chapitre 10 :
Ne plus être permanent du PCF 120
10.1. Démissionner du bureau politique et du comité central 120
10.2. Plus qu’une rupture politique, une fracture affective et psychologique 123
10.3. Ecrire ses mémoires : une manière de se reconstruire 127


Chapitre 11 :
L’expérience des Reconstructeurs : l’espoir d’un changement 132
11.1. Qu’est-ce que le mouvement des Reconstructeurs ? 132
11.2. Claude Poperen, leader des Reconstructeurs 135
11.3. Epilogue d’un mouvement prometteur 138

Chapitre 12 :
La rupture finale : quitter le PCF 142
12.1. A l’épreuve d’un nouveau contexte politique 142
12.2. Rendre sa carte 144
12.3. S’engager encore et toujours 146

CONCLUSION 150

INDEX DES NOMS DE PERSONNES 157

SOURCES 159

BIBLIOGRAPHIE 164

B) DEUXIEME VOLUME : volume d’annexes de 191 pages

C) TROISIEME VOLUME : inventaire des archives de Claude Poperen (49 p.)