LE FONDS GEORGES BEAUGRAND


par Laurence LECLERC

A PRESENTATION

B INVENTAIRE

A PRESENTATION

En relations avec Jacques Girault depuis 1974, Georges Beaugrand a fait don à son décès de sa documentation au CRHMSS. Celle-ci ramenée au Centre par Claude Pennetier, comprend pour l'essentiel le texte de ses mémoires et une étude inédite sur les abattoirs de La Villette de 1871 lors du scandale de leur fermeture en 1974.
Le nom de G. Beaugrand est peu connu. Pourtant, le Dictionnaire Biographique du Mouvement Ouvrier Français publié sous la direction de Jean Maitron lui consacre plusieurs pages rédigées par J. Girault.
Qui était donc G. Beaugrand ?
Fils d'une couturière, petit-fils et fils d'ouvriers des abattoirs, G. Beaugrand, né le 24 octobre 1893 à l'hôpital Lariboisière de Paris (Xème), fut lui-même dès son plus jeune âge, de par sa propre volonté, un ouvrier moutonnier des abattoirs de La Villette
Très tôt, il participa aux activités des travailleurs des abattoirs assistant aux grandes manifestations de l'époque. Il fréquentait de préférence les Jeunesses Socialistes où i1 retrouvait des camarades d'enfance. Il lisait de temps à autre l'Humanité et se déclarait selon ses souvenirs "un peu admirateur de Gustave Hervé pour l'allure combattive de ses écrits qui pouvaient s'adapter à ma formation et mes besoins d'action".
Le travail épuisant des abattoirs l'empêcha de compléter ses connaissances. Jusqu'à son régiment en 1913, il se contenta de ne pas oublier ce qu'il avait appris et essaya même d'en apprendre un peu plus en lisant des livres que des camarades plus instruits l'aidaient à comprendre.
Entré dans l'armée en novembre 1913, Beaugrand ne fut démobilisé que le 15 septembre 1919. Soldat du 152ème régiment d'infanterie à Gérardmer (Vosges) puis au 72ème régiment d'infanterie à Amiens (Somme), il connut le front en Belgique et la retraite jusqu'à la Marne avant d'être fait prisonnier au Buisson le 6 septembre 1914. Transféré en Bavière au camp de Grafenwhör jusqu'en 1915, il fut envoyé dans une mine de lignite à Wakerdorff (Haute-Bavière). Là, il participa avec ses camarades prisonniers à des actions pour ralentir la production. Après une tentative d'évasion qui échoua, il fut interné en juin 1917 à Bayreuth puis à Nuremberg.

Cette captivité lui permit d'apprendre l'Allemand mais surtout de faire connaissance avec des gardiens allemands, des socialistes allemands, des prisonniers russes et des prisonniers français tels ces mineurs du Pas de Calais qui surent lui décrire les luttes revendicatives de leur corporation et de leur organisation syndicale.

Présent à Nuremberg le 9 novembre 1918 lors de la grande manifestation pour la paix et l'organisation des conseils d'ouvriers et de soldats, Beaugrand crut assister à "l'acte décisif de la phase révolutionnaire". Il préféra rester en Bavière clandestinement plutôt que d'être rapatrié. Ce choix lui valut d'être considéré à son retour en France comme un déserteur. Emprisonné et inculpé, il passa en conseil de guerre pour "refus d'obéissance". Acquitté, il fut démobilisé.
De retour à Paris, il commença ses activités politiques et syndicales. Membre de la section socialiste du Pré-Saint-Gervais et membre de l'ARAC, Beaugrand cotoya l'instituteur socialiste Pierre Joly et Charles Piétri, tous deux favorables à la Troisième Internationale dès le congrès de Strasbourg (février 1920). Employé par une fabrique de chaussures (Monteux), Beaugrand fut sanctionné pour fait syndical avant d'être licencié à la suite d'une grève en avril 1920. Il revint alors aux abattoirs de La Villette comme ouvrier boyaudier.
A l'occasion d'une grève aux abattoirs en janvier 1921, Beaugrand fut nommé secrétaire de la section syndicale CGT des travailleurs de l'industrie de la viande de La Villette. Partisan de la minorité syndicale, il milita dans les Comités syndicalistes révolutionnaires. Avec sa section syndicale, rattachée au syndicat général des travailleurs de l'industrie de la viande créé en juillet 1920, il adhéra à la CGTU en 1922. Malgré une sanction qui l'interdit de séjour aux abattoirs en 1923 à la suite d'un mouvement revendicatif qu'il avait animé, Beaugrand poursuivit son activité syndicale, combattant contre la tendance anarcho-syndicaliste de sa section et contre une tentative de passage à l'autonomie.
Membre de l'Union des Coopérateurs, il fut désigné au congrès de Paris (1-4 septembre 1925) comme membre de la commission exécutive de la fédération CGTU de l'alimentation, responsabilité renouvelée par le congrès des 25-27 septembre 1927. A la même époque, il fut nommé secrétaire du syndicat général des travailleurs de l'industrie de la viande de la région parisienne. Praticien des abattoirs, il s'intéressa particulièrement à l'industrialisation de cette entreprise et rédigea avec des camarades de
travail un contre-projet à la proposition du socialiste Fiancette sur cette question. Présenté au bureau de la région communiste parisienne le 30 juin 1926, il était proposé au Conseil municipal de la ville de Paris par les conseillers communistes.
Beaugrand revint travailler aux abattoirs de juin 1932 à décembre 1934 comme ouvrier moutonnier (Lambeye). Il souhaitait à cette époque rétablir l'influence du parti communiste et de l'organisation syndicale à La Villette. Il continuait d'assumer ses fonctions de secrétaire général du syndicat CGTU des travailleurs de l'industrie de la viande de la région parisienne, responsabilité qu'il con
serva jusqu'à la réunification syndicale.
A partir de 1936, Beaugrand se présenta comme conseiller technique et c'est sous ce titre qu'il signa la convention collective des abattoirs de la Seine le 23 janvier 1939.
Pendant l'entre deux guerres, son action politique ne fut pas moins intense.

Avec la section socialiste du Pré-Saint-Gervais, il a adopté la motion d'adhésion à la Troisième Internationale à la veille du congrès de Tours (décembre 1920).

En 1923, après avoir assisté à la conférence de Levallois sur les cellules d'entreprises, conférence présidée par Suzanne Girault, Beaugrand décida de créer une cellule d'entreprise aux abattoirs avec l'aide des frères Mathieu, Lucien et Alexandre, ouvriers bouchers et communistes de Pantin. Par la suite, à plusieurs reprises, il eut l'occasion d'encourager la formation de ces cellules dans la région parisienne alors qu'il était secrétaire du premier rayon communiste de la région, puis maire de Gentilly et conseiller général de la Seine.
Dès 1924, le parti communiste utilisa son physique impressionnant pour le service d'ordre lors des réunions politiques. En 1925, il était responsable du service d'ordre du parti pour la région parisienne. Le 2 décembre 1927, il était désigné par une réunion du bureau politique (illégal) comme "responsable de l'organisation des groupements de défense ouvrière". Il conserva ces responsabilités au "contrôle intérieur du parti" jusqu'en 1933.
En octobre-novembre 1924, Beaugrand devenait secrétaire du premier rayon communiste de la région parisienne qui comprenait les ler, Ilème, Xème, XIXème arrondissements de Paris et la commune de Saint-Denis. Il participa à cette époque à la première
école communiste de Bobigny où il fut impressionné par les exposés de Bouthonnier et Sémard, et par les cours théoriques suivis de travaux pratiques dirigés par Marion.Il conserva le secrétariat du premier rayon jusqu'en 1927. A cette date, il entra en conflit avec Doriot, implanté à Saint-Denis, qui contribua à sa mise à l'écart.
Après un voyage de deux mois à Moscou à l'automne 1927, Beaugrand fut élu député dans la deuxième circonscription du XIXeme arrondissement de Paris à la suite de circonstances favorables qui le placèrent à l'avant scène de la vie politique de ces quartiers. Trésorier du groupe parlementaire communiste - dont il a conservé certains documents - Beaugrand n'avait que le tiers de son temps occupé par les travaux de la Chambre. Aussi assuma-t-il de nombreuses missions pour le parti. Il alla soutenir
des candidats communistes lors d'élections partielles, il suppléa aux défaillances de certains dirigeants communistes dans des tournées à l'étranger tels Doriot en Espagne ou Vaillant-Couturier en Algérie. Il alla en Belgique mais surtout en Allemagne où il était membre du Comité exécutif du Front Rouge à Hambourg. Toujours membre du comité de la région communiste parisienne, il présida le 13 octobre 1931 aux côtés de Thorez et de Frachon un meeting central salle Bullier.
Battu aux élections législatives de 1932, il poursuivit son activité internationale tout en reprenant son travail d'ouvrier boucher. Elu membre du comité central de l'ARAC en avril 1933, il lui arriva souvent de représenter cette organisation à l'étranger.
Devant la crise municipale de Gentilly, le parti lui demanda de s'y faire élire à la première occasion. Celle-ci se présenta en 1934. Elu, Beaugrand vit son mandat renouvelé en mai 1935 à la suite d'une politique sociale très active de la municipalité aidée par les communes voisines dont Villejuif. Cette année là fut également celle de son au conseil général de la Seine.
Réélu au Comité central de l'ARAC en 1936 puis en 1939, Beaugrand fut désigné délégué aux relations internationales.

La seconde guerre mondiale mit un terme à cet itinéraire politique et syndical. Maire communiste de Gentilly et conseiller général de la Seine,déchu de ses fonctions le ler février 1940, Beaugrand était dénoncé par l'Humanité du 26 octobre 1944 comme "traître au parti et à la France" sans que l'on puisse aujourd'hui en donner clairement les raisons.
Après avoir tenté d'assurer sa sécurité en se réfugiant dans l'Yonne où il se mit à la disposition des militants communistes de la région, il fut arrêté et interné avec d'autres communistes au camp de Pithiviers (Loiret) en septembre 1942. Il devait y rester jusqu'au 7 août 1944 avant d'être définitivement libéré le 10 août de la même année. Se doutant de sa disgrâce au sein du parti communiste depuis le début de la guerre, disgrâce qu'il jugea par la suite être le fruit d'une cabale dressé contre lui, Beaugrand ne fut pas vraiment surpris par la dénonciation de l'Humanité. Niant les accusations portées contre lui, il tenta en vain de justifier auprès de ses camarades son attitude pendant cette période. Comprenant qu'il ne serait pas réintégré au sein du parti, il s'adressa sans succès au Procureur de la République pour être inculpé de "traître à la Patrie". Isolé, Beaugrand décida de ne plus se manifester.
Il resta dans l'Yonne jusqu'en 1947 puis revint travailler dans la région parisienne où il exerça différents emplois. Exclu du parti communiste, il ne put revenir au sein de la CGT ni même de l'ARAC. Il adhéra à différentes organisations comme le Secours Populaire, le Mouvement pour la Paix ou le Syndicat des Retraités. A Chaumes-en-Brie où il habitait, il exerça quelques temps les fonctions de conseiller municipal aux côtés d'élus communistes de 1963 à 1965. A la fin des années soixante, il revint à Arleuf (Yonne) avant de s'établir définitivement quelques années plus tard à Vesdun (Cher).
Mais, pendant toutes ces années, Beaugrand ne cessa de rechercher sa réintégration au sein du parti. A plusieurs reprises, il fit des demandes dans ce sens auprès de la Direction. Finalement, sa loyauté et sa fidélité devaient être récompensées puisqu'en mai 1977, il révélait dans une lettre adressée à J. Girault qu'il était à nouveau membre du Parti Communiste précisant vouloir "le servir dans la mesure de mes moyens jusqu'à ma dernière limite d'activité".
Georges Beaugrand devait s'éteindre à l'âge de quatre vingt neuf ans dans la petite ville de Vesdun où il avait choisi de se retirer.


INVENTAIRE


Le fonds Georges Beaugrand dont nous proposons l'inventaire dans les pages suivantes, est composé de six cartons. Deux de ces cartons regroupent des doubles incomplets d'écrits dactylographiés non publiés. Par ailleurs, nous avons retiré du fonds un certain nombre de brochures éditées ainsi que des journaux. Ces documents sont énumérés à la fin de l'inventaire.
La documentation rassemblée par G. Beaugrand dans les années soixante-dix alors qu'il avait cessé toute activité professionnelle, révèle avant tout une personnalité : celle d'un ouvrier moutonnier des abattoirs de La Villette devenu militant communiste et syndicaliste dès 1920.
Nous avons choisi d'organiser ce fonds autour de quatre thèmes en respectant l'ordre chronologique lorsque cela s'avérait possible
La vie d'un militant (un carton)
Un praticien des abattoirs (deux cartons)
Un habitant de Vesdun (Cher) (un carton)
Guerres et Résistance.


Quelques pièces non catalogables ont été regroupées sous une rubrique intitulée "Divers".
I. La vie d'un militant
I. GBA Biographies de Georges Beaugrand
- GBA 1 Biographie rédigée par G. Beaugrand "Né à la Belle époque", Vesdun 1979.
- GBA 2 Biographie rédigée par J. Girault.
I. GBB Correspondances
- GBB 1 à GBB 14 : lettres de J. Girault à G. Beaugrand du 5.02.1974 au 27.07.1981,
- GBB 15 à GBB 16 : lettres de G. Beaugrand à J. Girault des 8.10.1974 et 21.06.1977,
- GBB 17 à GBB 19 : lettres aux éditeurs pour différents abonnements,
- GBB 20 à GBB 31 : lettres aux éditeurs pour la publication des écrits de G. Beaugrand,
- GBB 32 : lettre de G. Beaugrand à la Fédération du parti communiste du Cher du 5.05.1976,
- GBB 33 à GBB 37 : lettres concernant la fête de l'Humanité 1980.


I. GBC Documentation

- GBC 1 à GBC 2 : Photographies de Paris,
- GBC 3 : Bulletin n° 159 Dix Huit des 14/20 février 1979, hebdomadaire de la fédération communiste du Cher.
- GBC 4 : Le Socialiste n° 4 janvier-février 1978,
- GBC 5 à GBC 6 : Bulletin de la Fédération du Cher, Dix-Huit,
- GBC 7 à GBC 9 : Tracts du PCF diffusés par la Fédération du Cher, Octobre-Novembre 1980,
- GBC 10 à GBC 11 : Cartes politiques 1/40 000 000 Amérique du Nord, Afrique,
- GBC 12 : Reproduction des dessins de Jean Cocteau offerts au Secours Populaire,
- GBC 13 : Bulletin d'information de la FAFSEA, "Profitez de la formation continue",
- GBC 14 : Nombreuses coupures de journaux concernant différents sujets de l'actualité,
- GBC 15 : Documents concernant sa fonction de trésorier du Groupe parlementaire communiste.


I. GBD Commentaires es de Georges Beaugrand sur l'Actualité


- GBD 1 : Dossier "Pollution",
- GBD 2 : Qui affaiblit la France ? Des grands mots...,
- GBD 3 : Comme moyen de lutte contre la crise mondiale du capitalisme, ils proposent et pratiquent la continuité,

- GBD 4 : Commentaire d'un article du Parisien Libéré du 17.02.1981 écrit par Audy Dickson sur le Palais des sports de Paris.
- GBD 5 Note de lecture concernant le livre d'Arthur Comte ler janvier 1900.


II. Un praticien des abattoirs

ler carton

II. GBA Etudes sur l'abattoir de La Villette

- GBA 1 à GBA 5 : Projet pour l'industrialisation de l'abattoir, Conférence de Pithiviers 1943,
- GBA 6 : Un siècle de vie à l'abattoir de La Villette, 1871-1959, écrit dactylographié,
- GBA 7 à GBA 8 : Le scandale de La Villette,écrit dactylographié,
- GBA 9 : Schémas de l'organisation de l'Industrie de la viande.


II. GBB Documentation

- GBB 1: Photographies de l'abattoir,
- GBB 2 : Menu pour un repas de Chevillards en 1924,
- GBB 3 : Biographie de René Jean, un "tueur" des abattoirs,
- GBB 4 : Dessin figurant l'Horloge des abattoirs et la Banque Gravereau,
- GBB 5 : Exposé anonyme sur la situation de La Villette avant sa fermeture, (non daté),
- GBB 6 à GBB 19 : Tracts d'organisations syndicales,
- GBB 20 : Communiqué de presse de l'Association de Défense et d'Expansion de l'Economie et de l'Emploi de la région parisienne (non daté),
- GBB 21 : Notes extraites de la revue Richesses de France n° 89 4ème trimestre 1969,
- GBB 22 : Note de la Semmaris du 15.01.74 adressée aux Chevillards,
- GBB 23 : Programme officiel 1976 de la foire-concours d'animaux de boucherie Montluçon 6.7.8 avril,


II. GBC Correspondances portant sur l'abattoir
de La Villette

- GBC 1 à GBC 7 : Lettres d'André Gravereau à Georges Beaugrand du 20.11.1976 au 20.07.1981,
- GBC 8 : Lettre de Georges Beaugrand à André Gravereau du 24.09.1977,
- GBC 9 à GBC 11 : Lettres de Georges Beaugrand à Paul Laurent du 15.05.1973,.à un ami Robert du 17.07.1973, à la FNTIA CGT du 13.06.1974,

2ème carton

II. GBD Commentaires sur l'industrie de la viande
- GBD 1 : Commentaire sur la presse
- GBD 2 : Pour La Villette, le changement en exiger l'application.., (dactylographié),
- GBD 3 : La viande : il faut remettre en route le complexe de La Villette, (dactylographié)
- GBD 4 : Quelle valeur attribuer à cette opinion sur l'élevage, (dactylographié),
- GBD 5 : Sur les multinationales, réflexions concernant un groupe et une application en France : la SABIM, (dactylographié),
- GBD 6 : L'enseignement d'une tournée de Giscard dans le sud-ouest, (dactylographié),
- GBD 7 : Du mouton français ??? . alors oui j'en veux, (dactylographié),
- GBD 8 : Hygiène alimentaire : Problème d'Actualité qui s'insère dans le chagement politique, (dactylographié),
- GBD 9 : Sur l'élevage français insidieuses questions...notre réponse, (dactylographié),
- GBD 10 : Oui, c'est volontairement que la production de 1a viande en France est abandonnée, (dactylographié),
- GBD11 : Avec le changement : une industrie agro-alimentaire pour les besoins de la consommation française, (dactylographié),
- GBD 12 : Barbanègre et ENA : praticiens et technocrates s'affrontent, (dactylographié),
- GBD 13 : Correspondance avec la presse sur la question,
- GBD 14 : Le Sancerrois, pays de la qualité, (dactylographié),>
- GBD 15 : Coupures-de journaux divers.


II. GBE Les abattoirs régionaux


- GBE 1 : Dossier sur l'abattoir de Bourges,
- GBE 2 : Dossier sur l'abattoir de Sancoins.


III. Georges Beaugrand, un-habitant de Vesdun (Cher)

III. GBA Documentation

- GBA 1 : Carte postale représentant le buste d'Emile Guillaumin, auteur de La vie d'un simple,
- GBA 2 : Bulletin d'information en campagne électorale du député de la circonscription Maurice Papon,
- GBA 3 : PV de l'assemblée générale 1977 de l'Association des enfants et amis de Vesdun,
- GBA 4 : Circulaire d'informations du Conseil municipal du 17.04.1979 de Vesdun (Cher).


IV. Guerres et Résistance

IV. GBA Exposition au CEG de Chateaumeillant
- GBA 1 : Journal de l'exposition sur la Résistance,
- GBA 2 : Dossier 40.44 établi par J.Rojat dans le cadre du CDDP de Bourges,
- GBA 3 : Notes de la conférence de Beaugrand aux élèves de Chateaumeillant,
- GBA 4 : Lettre des élèves de Chateaumeillant à G. Beaugrand.


IV. GBB Documentation


- GBB 1 : Pages de souvenirs sur la guerre 1914-1918,
- GBB 2 : Page de publicité sur le livre d'André Besson Les maquis de Franche-Comté,
- GBB 3 : Nombreuses coupures de journaux divers sur le thème de la guerre et du nazisme.

IV. GBC Commentaire

- GBC 1 : Comment ils sont devenus riches avec les guerres .


LISTE DES BROCHURES & JOURNAUX RETIRES DES CARTONS

Brochures
- Réglementation du marché de rassortiment des abattoirs de La Villette Décret 1929.1930,
- Bulletin de la Chambre Syndicale de l'Assainissement et des Industries de l'Hygiène 1935,
- Rapport du Sénat n° 193 seconde session ordinaire, 1970-1971, annexe au PV de la séance du 22.04.1971,
- Revue Etudes et documents économiques CGT février 1981,
- Revue L'Administration Locale
Fascicule n° 23-Doc. n° 228 _Eaux usées octobre 1938 , Doc. n° 232 Chauffage urbain novembre 1938,
- Revue Paris Projet n° 15.16 3e trimestre 1976,
- Revue Que Choisir ? n° 148 février 1980,
- Revue Patre n° spécial 267 octobre 1979,
- Revue Retraite Informations novembre 1979,
- Revue des Groupements de Producteurs no 11, 2e trimestre 1978 "Union Charolais Elevage"n° 18 4e trimestre 1978 "Union Charolais Elevage",
Journaux
- J.0 de la République Française Débats parlementaires no 81 A.N Samedi 17 octobre 1970 (3 ex.),
- La Boucherie en Gros de Paris : n°488 du 01.08.1972, n°490 du 01.10.1972, n°491 du 01.11.1972 (2 ex.), n°492 du 15.11.1972, n°493 du 01.12.1972, n°494 du 15.01.1973, n°495 du 15.02.1973, n°496 du 15.03.1973, n°497 du 15.04.1973, n+498 du 01.06.1973, n°500 du 01.08.1973, n°501 du 01.10.1973, n°502 du 01.11.1973, n°503 du 15.12.1973
- R.A Rungis Actualités : n° 163 du 02.10.1972, n° 171 du 08.01.1973
- L'Ami du XIXème Journal chrétien d'informations locales n° 234 décembre 1974,
- L'Essor du Berry n° 28 janvier 1978, no 29 février 1978, n0 33 juillet 1978 (2 ex.).