UNIVERSITÉ DE PARIS I – CNRS CENTRE D’HISTOIRE SOCIALE DU XXE SIÈCLE (UMR 8058)

OFFICE UNIVERSITAIRE DE RECHERCHE SOCIALISTE

Adrien TIXIER, pratiques et principes d’une action

L’héritage oublié d’un reconstructeur de l’État en France

Journées d’études mardi 3 et mercredi 4 mars 2009,

Archives nationales, Paris.

Adrien TIXIER (1893-1946), ancien combattant de la Grande guerre, responsable d’une association d’Anciens combattants mutilés, secrétaire Adjoint du Bureau international du travail (BIT), socialiste, pratiquement inconnu en France avant 1940, a joué un rôle essentiel, tant dans la Résistance qu’à la Libération. Il est successivement représentant de la France Libre aux États-Unis, ministre des Affaires sociales du CFLN puis du GPRF à Alger, de juin 1943 à août 1944, puis enfin ministre de l’Intérieur, de septembre 1944 à janvier 1946 à Paris. Il se trouve ainsi au coeur de l’effort de reconstruction de l’État républicain.

Décédé le mois suivant la démission du général de Gaulle, Tixier n’a guère laissé de traces dans la mémoire nationale. Pourtant, les historiens qui ont travaillé sur la période sont frappés par la personnalité de l’homme et plus encore par sa rigueur politique, son sens élevé de l’État. Il considérait que la défaite de la France et l’Occupation avaient marqué en profondeur le pays, affaibli les consciences et l’esprit de la nation. D’où le choix d’agir en redéfinissant systématiquement les principes de l’action au quotidien, dans le sens des valeurs républicaines. Surtout, l’intérêt général doit passer avant les intérêts particuliers, quand bien même sont-ils ceux de son propre parti. Reconstruire l’État et refonder la République sont intimement liés chez Tixier.

Ces journées d’études viseront à redécouvrir tout d’abord l’action de cet homme d’État exceptionnel et à se pencher sur une réflexion et une action particulièrement originales. Elles s’inscrivent dans le cadre des travaux du Centre d’histoire sociale (CHS) sur la reconstruction de l’État en Europe à la Libération.

Mardi 3 mars 2009, hôtel de Soubise,

60 rue des Francs-Bourgeois, 75004.

9 h 30 -12 h 00

9 h 30 Gilles MORIN et Christian OPPETIT

Présentation du nouvel inventaire des archives des ministres de l’Intérieur, 1944-1947

10 h -12 h : De Genève à Alger : la formation d’un homme d’État

Présidence

Annie FOURCAUT, responsable du Centre d’histoire du XXe siècle

Dans la lignée d’Albert Thomas, l’action de Tixier au BIT : Emmanuel JOUSSE, agrégé d’histoire, allocataire-moniteur à l’IEP de Paris.

L’action mutualiste de Tixier dans l’entre-deux-guerres : Michel DREYFUS, directeur de recherches au CNRS, Université de Paris 1, Centre d’histoire sociale du XXe siècle.

Les socialistes et le général de Gaulle, de la défaite à la Libération : Gilles MORIN, professeur cité scolaire M. Curie, Sceaux, Université de Paris 1, Centre d’histoire sociale du XXe siècle.

Les parlementaires-ministres socialistes du GPRF : Noëlline CASTAGNEZ, maître de conférence à l’Université d’Orléans, Centre d'Histoire de Sciences Po Paris.

14 h 00 - 16 h 00 : La reconstruction de l’État de droit

Présidence : Philippe OULMONT, directeur études et recherches de la Fondation Charles de Gaulle

Comment gérer et liquider les camps : Denis PESCHANSKI, directeur de recherches au CNRS, Université de Paris 1, Centre d’histoire sociale du XXe siècle.

Le contrôle des commissaires de la République : Charles-Louis FOULON, docteur en études politiques et en histoire, maître de conférences (histoire) à l'Institut d'études politiques de Paris, délégué adjoint aux célébrations nationales (direction des Archives de France)

Le cas de la Haute-Vienne : Pascal PLAT, docteur en histoire, Correspondant de l’Institut d’histoire du Temps présent, Université de Limoges

Tixier et Yves Farges en Rhône-Alpes : Raphaël SPINA, agrégé d’histoire, ATER à l’université d’Amiens, IDHE, Cachan

Le cas marseillais : Robert MENCHERINI, professeur des Universités, associé à l’UMR Tellemme (6570), Maison méditerranéenne des sciences de l’homme

Débat

17 h 30 Présidence Christian OPPETIT, responsable de la Section du XXe siècle, Archives nationales

Table-ronde : Christian OPPETIT et Robert MENCHERINI, rencontre avec M. Raymond AUBRAC, ancien Commissaire de la République à Marseille

Mercredi 4 mars 2009 : Salle d’Albâtre, CARAN,

11 rue des Quatre Fils, 75003 PARIS

9 h 30 -12 h 30 : Restaurer l’autorité de l’État

présidence : Jean GARRIGUES, professeur à l’université d’Orléans, président du Comité d’histoire politique et parlementaire

Adrien Tixier et l’opinion publique : Pascale GOETSCHEL, maître de conférence à l’Université de Paris 1, Centre d’histoire sociale du XXe siècle

Après le 8 mai 1945 : Restaurer l’autorité de l’État en Algérie : Jean-Pierre PEYROULOU, docteur en histoire (EHESS), Centre d’étude des mondes africains.

Le ministre des Cultes et la question alsacienne : Jean-Paul THOMAS, docteur en histoire, professeur en classes préparatoires au lycée Henri IV, Centre d'Histoire de Sciences Po Paris.

Débat

Conclusions

Nicolas ROUSSELLIER, maître de conférences à l’Institut d’études politiques de Paris

Journées d’études soutenues par la Fondation Charles de Gaulle, les Archives nationales et le Comité d’histoire parlementaire et politique (CHPP).

Comment vous y rendre ? Métro : Ligne 1 : Station « Hôtel de Ville » / Ligne 8 : Station « Filles du Calvaire » / Ligne 11 : « Station Rambuteau »

Bus : Ligne 29 : Arrêt « Quatre-fils »