JUSTIN GODART : UN HOMME DANS SON SIECLE (1871-1956) : COLLOQUE ORGANISE PAR LE CENTRE D'HISTOIRE DE L'OSE, AVEC LA COLLABORATION DU CENTRE D'HISTOIRE SOCIALE DU XXème SIECLE, LUNDI 18 JUIN ET MARDI 19 JUIN 2001, PALAIS DU LUXEMBOURG

placé sous le haut patronage de Mme Elisabeth Guigou, Ministre de l'emploi et de la solidarité

avec la présence effective de M.Christian Poncelet, Président du Sénat

Mme Simone Veil, Présidente de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah

M.Bernard Kouchner, Ministre délégué à la Santé

 

Justin Godart 1871-1956

Intérêt scientifique du projet

 

Le nom de Justin Godart se retrouve dans de nombreuses recherches sur l'Histoire du XXe siècle (politique, sociale, internationale,...). Pourtant, il est apparu qu'aucune étude de fond sur l'ensemble de la carrière et de la personnalité de Justin Godart n'avait été entreprise. L'organisation d'un colloque historique sur ce sujet répond à une interrogation concernant l'oubli par l'Histoire d'une telle personnalité.

Justin Godart, lyonnais d'origine, fit une carrière politique dans la mouvance des radicaux-socialistes jusqu'en 1945. Député, puis sénateur, Justin Godart fut parallèlement sous-secrétaire d'état à la santé militaire pendant la première guerre mondiale. Ministre du Travail et de l'Hygiène (1924/25), et Ministre de la Santé (1932/33). Cet homme complet, docteur en Droit, passionné par les questions de santé et d'hygiène s'est beaucoup intéressé au mouvement régionaliste en Rhône-Alpes et à l'histoire locale de la ville de Lyon, dont il est Conseiller municipal au début de sa carrière, puis Maire à la Libération en 1944-45.

Justin Godart a soutenu de nombreuses "causes". Il s'engage particulièrement pour la défense des populations défévorisées dans une démarche hygiéniste et sociale. Son action pour les minorités (sociales, ethniques ou physiques) se traduit aussi bien par l'assistance aux malades (lutte contre le cancer, pour la défense des diminués physiques, création de la Fondation Foch...) que par un travail juridique et politique en faveur des lois sociales du travail. Quelles évolutions peut-on déceler dans l'investissement pour les autres de la fin du XIXe siècle aux années 50?

Tout au long de sa carrière, Justin Godart, personnalité non juive, milite contre toutes formes d'antisémitisme et de racisme, y compris pendant la difficile période d'occupation. Son action en faveur de la communauté juive se traduit par la présidence de l'Oeuvre de secours aux enfants de 1933 aux années 50, son soutien au sionisme, l'accueil des immigrés fuyant le nazisme, et la participation à la création du tombeau du Martyr Juif inconnu. Justin Godart prolonge sa connaissance et son intérêt pour les peuples des Balkans, pour la Roumanie et pour l'Indochine (où il effectua une mission en tant que délégué du Front populaire en 1936-1937) par une action engagée en France en faveur des immigrés de ces pays. Au sein de quels groupes et mouvements Justin Godart s'est-il impliqué contre le racisme, et comment s'est traduit cet investissement dans ses rapports avec la politique?

 

Programme

Lundi 18 juin 2001

 

9H00- Cérémonie d'ouverture

Jean-François Guthmann, président de l'OSE

François Bilange, petit-fils de Justin Godart

9H30 Première séance : Les engagements internationaux

Alix Fresson, Justin Godart : éléments biographiques

Président de séance : Georges Weill

Rapporteur : Maurice Vaïsse

Philippe Boukara, Justin Godart et le sionisme autour de France-Palestine

Robert Frank, Les Balkans

Luan Rama, ambassadeur d'Albanie, Godart dans les Balkans : une vieille amitié

Alain Ruscio, Justin Godart et l'Indochine : étapes d'une fidélité

Anaïde Terminassian, Arménie

 

14H00 Deuxième séance : Les débuts lyonnais

Président de séance: Bernard Comte

Rapporteur : Gilles Pollet

Bruno Benoit, Justin Godart, constructeur de "lyonnitude"

Simone Blazy, Justin Godart, collectionneur et mécène

Michel Dreyfus, Justin Godart et le mouvement coopératif

Jean-Louis Robert, Justin Godart, historien social

Manuel Milet-Anselmo, Justin Godart face à la séparation des Eglises et de l'Etat, 1902-1913

 

Mardi 19 juin 2001

9H00 Troisième séance : une figure nationale : parlementaire, ministre et résistant

Présidente de séance : Sabine Zeitoun

Rapporteur : Olivier Wieviorka

Thibaut Tellier, Justin Godart, sénateur radical

Vincent Viet, Le ministère du travail

Isabelle Moret Lespinet, Justin Godart et le B.I.T.

Martine Lemalet, Justin Godart, l'OSE et les comités de soutien aux étrangers

Daniel Virieux, Justin Godart au Comité directeur du Front National (zone Sud)

Annette Wieviorka, Justin Godart et le CDJC/Mémorial

 

14H00 Quatrième séance : La santé

Présidente de séance : Nelly Hansson

Rapporteur : Jean-Jacques Becker

Antoine Prost, Le service de santé militaire pendant la première guerre mondiale

Georges Dominjon, La Fondation Maréchal Foch et l'hôpital Foch

Patrice Pinel, La Ligue contre le cancer

Lion Murard et Patrick Zylberman, "Au-dessus des individus et des groupements de politique pure" : Justin Godart et la santé publique

Alain Drouard, Justin Godart et le développement de la sexologie en France

 

17H Cérémonie de clôture

Conclusion : Annette Wieviorka, Directrice scientifique du colloque

Simone Veil, Présidente de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah

Christian Poncelet, Président du Sénat