L'éducation populaire face à une société bouleversée 1971-1986

Vendredi 5 décembre 2003

 

Au tournant des années 1960-1970, l'éducation populaire semble s'éclipser au profit d¹une part de 'l'éducation permanente, dynamisée par la loi de 1971 et d'autre part de l'animation socioculturelle avec sa figure emblématique, l'animateur.
Cette période est marquée par une crise économique et sociale. C'est la cohésion même d¹une société qui semble remise en cause, touchant tout particulièrement les couches les plus fragiles, dont les jeunes. Porteuse de nombreux espoirs, la Gauche qui arrive au pouvoir ne réussira pas à combler toutes les attentes.
Dans leur revendication d¹éducation populaire, les mouvements se trouvent aux prises avec cette société en profond bouleversement et sont questionnés sur leur capacité à réagir et à conduire le changement.

Lieu : Bourse du Travail
3 rue du Château d'Eau,
75010 Paris
Métro : République

9 h 15 Accueil


9 h 30-12 h 30 : Matinée

Introduction par Patrick Gonthier, Secrétaire général UNSA Education

Transformation, transition ou adaptation ?


Présidente de séance : Annie Fourcaut, Professeur d'histoire contemporaine, Université Paris 1

Quand la Ligue de l'Enseignement ajoutait « éducation permanente » à son sigleS, par Pierre Tournemire, Secrétaire général adjoint, Ligue de l'enseignement
La loi de 1971 sur la formation : un nouveau marché ? par Yves Palazzeschi, Maître de conférences, sciences de l'éducation, Université Paris 1

10 h 45-11 h 15 ? Débat
Pourquoi la rencontre ne s'est pas faite entre éducation populaire,
éducation permanente et formation professionnelle continue ?

Les Cahiers de l'animation (1972-1987), entre théorisation et structuration du terrain, par Francis Lebon, Doctorant en sociologie, EPHESS, Paris
La professionnalisation des animateurs : pourquoi et comment ? par Chantal Guérin-Plantin, Maître de conférences en sociologie, Université de Savoie, chercheur au CERAT

12 h-12 h 30 ? Débat
L'animation est-elle un métier ?

Repas libre dans le quartier

14 h 30-17 heures ? Après-midi

L'Education populaire saisie par le changement politique

Président de séance : Jean-Paul Roux, Secrétaire général du Centre Henri Aigueperse - unsa-Education

Le Temps Libre (1981-1983) : un rendez-vous manqué ? par Françoise Tétard, Ingénieur CNRS-UMR 8058, chs du xxe siècle

La fonctionnarisation des CEPJ en 1985 ou les CTP sont-ils solubles dans la fonction publique ? par Jean-Claude Richez, Responsable de l'unité de recherche et de formation, INJEP

15 h 15-15 h 45 ? Débat


La confrontation avec l'exercice du pouvoir : de l'utopie au réel

La décentralisation de 1982-1983 concernait-elle l'éducation populaire ?
- la place de L'Etat, par Denis Adam, Secrétaire national du SEP
- l'enjeu pour les associations, par Jean-Paul Martine, Secrétaire national du SNATE

16 h 10-16 h 30 ? Débat


Quand les espaces de décision se rapprochent. Que faire de la démocratie de proximité ?

Dialogue conclusif
par Gérard Contremoulin, Secrétaire général du SEP et Jean-Louis Robert, Professeur d'histoire contemporaine, Université
Paris 1

Apéritif de clôture, pour prolonger la conversation