Une géographie des recherches sur les grands ensembles
Eléments d'analyse de la répartition des références bibliographiques localisées


Nous avons, à titre exploratoire, réalisé deux cartes représentant la répartition des références localisées de cette bibliographie. (Dans le cas de références renvoyant à plusieurs localisations, toutes ont été prises en compte.) Ces cartes permettent de formuler quelques hypothèses quant aux curiosités des chercheurs (cela avec précaution, cependant, puisque notre recension bibliographique portait principalement sur la région parisienne et sur les références provinciales disponibles dans les centres de documentation de la région parisienne).
Le constat majeur, pour lequel plusieurs explications peuvent être proposées, est celui d'une distorsion parfois assez forte entre les grands ensembles construits et les grands ensembles étudiés. Si l'on se réfère par exemple aux cartes d'Yves Lacoste (1963) portant sur la construction des grands ensembles, la comparaison avec nos cartes montre certaines surreprésentations et certains angles morts de la recherche. On constate ainsi le très fort investissement de la recherche sur quelques lieux emblématiques ou pionniers (bien au-delà du poids des logements construits dans l'ensemble du parc) : c'est le cas tout particulièrement de Sarcelles avec 38 références, de Créteil (37 références) ou du grand ensemble de Massy-Antony.
Par ailleurs, on constate aussi d'assez nombreuses études et rapports dans le cas de municipalités dont la volonté d'innovation urbaine ou sociale est forte (suscitant études, rapports...) et qui s'appuient sur un pôle universitaire proche. Ainsi, Grenoble, avec 40 références, est-elle la commune la plus étudiée.
Les villes universitaires possédant des structures de recherche sur la ville ou l'aménagement semblent bien avoir été particulièrement étudiées : c'est le cas de Toulouse et de Rennes.
Enfin, cette répartition est aussi le reflet des incertitudes des chercheurs dans la définition même de l'objet "grand ensemble" : un ensemble de barres en position centrale dans le tissu urbain dense constitue-t-il un grand ensemble? La réponse fluctue selon les auteurs et l'on trouve ainsi un certain nombre de références concernant Paris intra muros (du fait de la faiblesse des effectifs étudiés, nous les avons toutes représentées par un seul figuré, central, bien sûr fort éloigné de la répartition réelle).
L'extension du travail de recension à l'ensemble des centres de documentation français permettrait de préciser ces pistes et de mieux assurer cette géographie des curiosités intellectuelles envers les grands ensembles.


 

 

 

Page précédente

Retour au sommaire du site